Gospel Institut Grenoble

École de musique et chant

Historique de notre école

 

L’idée

Le Gospel Institut a été fondé par Franklin AKOA MVA en janvier 1998.

Tout a commencé lors d’un voyage artistique en Louisiane (USA). Alors qu’il prépare sa maîtrise kokosgallery d’Economie et Gestion, Franklin s’envole pour l’Amérique et rencontre Monsieur Everrett Parker, un éminent directeur du département « musique gospel » de l’Université LSU de Bâton Rouge.                                             Après cet échange fructueux, muni du certificat « Howard » de l’Institut du Negro Spirituals, Franklin s’inspire du concept Louisianais et décide avec l’aide d’une poignée d’amis de créer l’Association Gospel Institutvideotube de Grenoble.

 

 

 

Le lancement

Dès le printemps 1998, c’est avec le soutien déterminant de Madame Yvette MORLOT que la nouvelle association s’installe enfin en face du Musée de Grenoble. Se succèderont alors une multitude de petites initiatives et de coups de mains salutaires pour ouvrir ce lieu maintenant bien implanté.

L’inauguration sera faite le 22 septembre 1998 par  Monsieur Alain PILAUD Adjoint à la Culture de la Mairie de Grenoble qui présidera la cérémonie devant un parterre de 200 invités reçus le temps d’une journée portes ouvertes (pot de l’amitié, renseignements, spectacles de rue) jusqu’à minuit.

A cette époque-là, le Gospel Institut reste l’unique établissement régional offrant ce genre d’activités. Seules quelques chorales et groupes vocaux en région parisienne et dans le sud de la France.

L’idée de créer une école de musique consacrée aux méthodes issues de la transmission orale noire américaine s’articule autour d’un axe fondamental : faire chanter et pratiquer le public spontanément, « au feeling » sans forcément passer par le cursus classique (théorie musicale et solfège). Le Gospel Institut apporte ainsi une réponse efficace à un fort besoin d’ouverture culturelle pour tous ceux qui souhaitent aller droit à l’essentiel, c’est-à-dire aborder, découvrir la musique, la pratiquer, et l’améliorer sans autre formalisme et à tout âge.

 

 

 

 

 

 Le concept

De nos jours les barrières culturelles s’effacent. Le public qui aime est en liaison très étroite avec l’artiste. Il s’opère alors un échange magique à travers ce qu’il est convenu d’appeler « World Music » (musiques du monde). Le mérite du GI est de rester à la page des musiques actuelles.

Chaque cours, chaque répétition, chaque concert, chaque stage, chaque rencontre est une occasion de faire écho au folklore religieux afro-américain.                     Toutes les autres sections d’activité offrent des méthodes qui ont fait leurs preuves dans l’élaboration des pratiques musicales actuelles (Moderne Jazz, R&B, soul, ragga, reggae, rythmes traditionnels, musiques folkloriques du monde etc.)